Argumentaire

Nous avons choisi de travailler pour la première fois à la fois sur les textes et les images, deux traditions particulièrement présentes à l’EHESS mais qui ont rarement l’occasion de dialoguer (pour la réflexion sur les images nous pensons en particulier à François Lissarrague, Giovanni Careri, Jean-Claude Schmitt, etc. Notons aussi qu’à Lille une réflexion sur l’image s’est développée autour de Ruth Webb, et qu’à Cornell Verity Platt mène des recherches sur la figuration des dieux, entre textes et images). François Lissarrague s’est bien attaché à montrer qu’un vase n’est pas un texte, qu’il ne se lit pas ; de même l’épopée ne se regarde pas, elle donne à entendre.

Si les rapports entre texte et image ont fait l’objet, ces dernières années, d’importants travaux de recherches et de plusieurs rencontres internationales notamment dans le domaine de l’histoire de l’art (cf. la série de colloquesWord and Image Studies, dont celui de qui s’est tenu à Paris en 2008) nous estimons qu’une réflexion collective est à mener dans le domaine de l’Antiquité grecque. Suivant la tradition antique, notamment à partir de la seconde sophistique, on s’est souvent centré sur la rivalité entre texte et image, en soulignant les aspects graphique et ekphrastique des textes, (voir par exemple le dernier numéro de la revue Pallas (93) « Texte et image dans l’Antiquité »), en tentant de montrer comment l’un représente l’autre ou en les confrontant autour d’une thématique commune (comment l’un et l’autre représentent tel ou tel héros, par exemple). Or l’image n’est pas une illustration du texte, tous deux mettent en jeu des modes de significations différents qu’il s’agira d’étudier, et ce à partir des objets.

Nous souhaitons nous interroger sur la manière dont se construit un objet, iconique ou textuel, en Grèce archaïque. Chaque participant présentera un objet, un moment iconique (plutôt qu’une série) afin d’étudier comment l’artiste forge un artefact par son chant ou par son geste, et comment cet artefact est directement identifiable comme un objet (la tente d’Achille, le bosseoir de Ménélas, la grotte de Calypso, la statue d’Athéna, le diadème d’Andromaque, la génisse de l‘Odyssée…) dont la présence illustre les processus de création, d’inspiration et met en jeu un rapport avec l’invisible.

L’objet figuré se présente dans toute sa singularité, mettant en scène son caractère clos et parfait. Dans le texte épique construit sur une logique temporelle des moments iconiques surgissent qui soulignent le contraste avec la temporalité de l’action. Parallèlement sur les vases peints la mise en espace des objets crée des modes de temporalité.

La confrontation des deux supports sera l’occasion d’une réflexion sur la question de la figuration. La mise en évidence du fait qu’il s’agit de constructions, que différents codes peuvent construire un même objet, permettra de mettre à distance la notion de représentation et de se défaire de la rhétorique de l’objet clos, en étudiant les artefacts en tant que « dispositifs » pour en saisir toute la complexité (spatiale, temporelle, rituelle, énonciative, etc.) et mettre en lumière les stratégies énonciatives et visuelles ainsi que la dimension sensorielle (chromatique, sonore, olfactive).

À partir d’approches comme celles d’Alfred Gell, nous pourrons ainsi penser l’objet comme un lieu de relations, le foyer d’agentivités diverses que la figuration de l’objet permet de présentifier. À l’exemple de l’objet cultuel, l’objet construit par l’image ou par le texte devient ainsi un enjeu de la présentification de l’invisible.

Cette manifestation sera enfin l’occasion de s’interroger sur notre propre pratique : qu’est-ce qu’interpréter quand les supports et les pratiques sont différents ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.